Filmer au drone : les règles élémentaires à connaître

Vous cherchez à vous démarquer et à réaliser une vidéo percutante pour votre entreprise ? Le film institutionnel par drone vous permettra de réaliser des prises de vue inédites et uniques. Avant de vous lancer dans un tel défi, il semble essentiel de faire le point sur les règles qui encadrent l’usage du drone. En effet, tout n’est pas permis ! Où pouvez-vous filmer ? Quelles sont les autorisations nécessaires ? Suivez le guide…

Le drone : pour quel type de film ?

Les prises de vue par drone peuvent ajouter une vraie valeur à votre film corporate. Les captations aériennes représentent en effet un moyen original et impactant de filmer vos locaux par exemple et de dévoiler votre entreprise autrement. C’est aussi une opportunité intéressante dans certains domaines, comme dans l’immobilier ou le tourisme, pour présenter votre activité dans un esprit moderne et dynamique.

Vous pouvez filmer votre vidéo entièrement au drone si vous le souhaitez. Mais pour un rendu rythmé, vous pouvez aussi décider de mixer différents éléments. Ainsi, peuvent s’ajouter aux prises de vues aériennes, des interviews de collaborateurs, des allocutions avec prompteur ou bien des animations graphiques. L’idée est de créer un film corporate court et percutant, qui captivera le spectateur.

Les prises de vue au drone : où et que peut-on filmer ?

Pour les particuliers ou les professionnels, différentes réglementations existent et encadrent l’utilisation d’un drone. Vous ne pourrez pas filmer où bon vous semble avec votre appareil, il faut obtenir les autorisations nécessaires. Par défaut, voici les règles pour le bon usage d’un drone :

  • Il est interdit de survoler des personnes,
  • Le drone ne s’utilise pas en agglomération,
  • Il faut respecter une hauteur maximale de 150 mètres,
  • Le pilote doit toujours garder l’appareil dans son champ de vision,
  • Il n’est pas possible de piloter un drone depuis un véhicule en déplacement,
  • Certaines zones sont strictement interdites : c’est le cas des aéroports, des zones militaires, des établissements pénitentiaires…

Ensuite, il faut considérer en plus de toutes ces règles, que les prises de vue par drone obéissent aux mêmes règles que des photos ou vidéos classiques, à savoir :

  • On ne peut pas filmer ou photographier une personne sans autorisation,
  • Vous n’avez pas le droit de photographier ou de filmer une propriété privée, sauf en cas d’autorisation écrite de la part du propriétaire.

Les demandes d’autorisation pour filmer au drone

Dans le cadre d’un usage professionnel, les réglementations sont renforcées. Le film au drone constitue une activité bien spécifique aux yeux de la loi et répond à des exigences précises :

  • Licence ou brevet : L’opérateur de l’appareil doit détenir une licence de pilote ou un brevet d’ULM. Ce document permet d’assurer que la personne connaît bien les consignes de sécurité aérienne ainsi que le vocabulaire spécifique.
  • Déclaration d’activité : Il est nécessaire de déclarer l’activité via un MAP (Manuel d’Activité Particulière) auprès de la DSAC-IR (Direction de la Sécurité de l’Aviation Civile Interrégionale). Cette déclaration est valable uniquement sur un département donné. Il faudra renouveler la demande si le tournage couvre plusieurs départements. Dans le MAP, le demandeur devra pouvoir justifier que tous ses appareils sont bien en conformité avec les normes de sécurité françaises et européennes.
  • Assurance : une assurance professionnelle spécifique pour le matériel est nécessaire dans le cadre d’une utilisation à des fins commerciales.
  • Les dérogations : si le drone doit voler au-dessus d’une ville ou de personnes, vous pouvez effectuer une demande de dérogation auprès de la DSAC-IR et de votre préfecture. Prévoyez large et commencez les démarches un mois avant le tournage.
  • Les autorisations spécifiques : si vous souhaitez voler en dehors des réglementations définies dans le paragraphe précédent, vous devrez demander une autorisation spéciale. Ce sera nécessaire par exemple si le drone doit filmer hors champ de vision de l’opérateur.

Les scénarios de vol pour le drone professionnel

Afin de mieux encadrer l’usage du drone à fins commerciales, différents scénarios existent pour décrire les types de vol. Il faudra mentionner dans vos déclarations les scénarios auxquels vous aurez recours pendant votre tournage. En dehors des quatre scénarios de base, une demande d’autorisation auprès du Ministère chargé de l’aviation civile sera requise.

  • S1 : ce scénario concerne le vol d’un drone en dehors d’une zone peuplée, sans survol de tiers. Le drone reste à vue. Il est à une distance maximale de 200 mètres du pilote et à 150 mètres de hauteur. Le poids de l’appareil ne dépasse pas 25kg.
  • S2 : le vol est toujours hors zone peuplée. Il n’y a aucun tiers au sol dans la zone définie. Le drone reste à un kilomètre tout au plus du pilote. La hauteur maximale est de 150 mètres si le drone pèse moins de 2 kg, et 50 mètres si le poids est supérieur.
  • S3 : le drone peut voler en agglomération ou à proximité de personnes ou d’animaux, tant qu’il se situe à une distance horizontale maximale de 100 mètres du pilote. La hauteur maximale est de 150 mètres. Le poids peut atteindre 8kg si l’appareil est équipé d’un dispositif de sécurité (parachute par exemple). Il devra se limiter à 2 kg dans le cas contraire.
  • S4 : dans ce cas spécifique, la distance horizontale est illimitée. Il est possible de survoler des tiers au sol. Ce scénario exige cependant une licence de pilote aéronautique et 100 heures de vol au minimum.

Vous souhaitez intégrer des prises de vue aérienne à votre film ? Contactez-nous : contact@tchavoloproductions.com

 

 

7 rue Ganneron - 75018 Paris
contact@tchavoloproductions.com

Drop us a line

Yay! Message sent. Error! Please validate your fields.
Clear
© TCHAVOLO Productions - 2021